Tchad: L’incroyable aumône ( Zakat) d’Idriss Deby

Depuis déjà 4 ans, le président tchadien Idriss Deby s’est offert une nouvelle mission spirituelle dans son village Amdjarass à l’est du pays pour réaliser un de pilier fondamental de l’islam, le Ramadan.
Après une tentative d’assassinat en 2009 le jour de la fête du Ramadan à la présidence à N’Djamena par un invité membre de la famille profitant d’une faille sécuritaire ce jour-ci, le locataire du palais rose avait frôler la mort sauvé par son gilet pare-balles sous son grand-boubou blanc.
Depuis lors, il s’est fait une nouvelle terre sainte à lui seul. Amdjarass connu communément  »la bourgade des trois ânes ».

Le choix de cette contrée n’est pas anodin. D’abord c’est le village légendaire de son excellence président fondateur et dont il est le seul sultan légitime.
Ensuite, c’est le seul village au Tchad et même dans tout l’Afrique qui est doté d’une infrastructure de pointe: Un aéroport international, des banques, des villas flambants neufs, des routes, des choses que même les villageois occidentaux ne peuvent rêver.
C’est la terre des ancêtres, des grandes ancêtres guerriers, forts, courageux qui ont même tuer un dinosaure. Selon la légende, cette ville à une histoire d’environ 300 voir 400 ans et elle est aujourd’hui marquée par la mystérieuse  montagne de « Dénih biéh » littéralement appelé la montagne du serpent. A l’époque dans le village d’Am-Djarass il y avait un serpent de taille d’un dinosaure et qui avalait tout sur son passage dés sa sortie de la montagne. Ce serpent avait causé beaucoup de peine aux autochtones d’Am-Djarass et un jour lors de sa sortie il avala la femme et la vache du sultan TEIRO qui est l’arrière  grand père de la dynastie ITNO [ndrl: le grand père d’Idriss Deby]. Ce dernier prit de colère décida d’aller se venger et finalement il avait réussit à tuer ce monstre. Comme vous pouvez le constater selon le récit d’un descendant direct de la tribu.

L’histoire est ci-enrichissante qu’elle fut révéler pour la première fois par Daoussa Deby Itno, le grand frère d’Idriss à la télévision nationale tchadienne et un monument a été ériger en plein capitale à la considération de ce guerrier. Tout ça pour vous dire que le choix d’Amdjarass contrairement à ce que pensent les détracteurs de Deby et les mauvaises langues, c’est un lieu plein d’inspiration, d’histoire, des événements et pourquoi pas la future capitale du Tchad, l’autre vitrine de l’Afrique?

Revenons à notre sujet. Oui, nous disons que chaque année le sultan fait ses vacances, ses carêmes et presque tout les grands événements dans son village qui accueil même des présidents (Une visite de Dioncounda Troaré – président de la transition du Mali, Oumar El-Bechir le président du Soudan, Ibrahim Boubacar Keïta président élu du Mali, deux conférences de paix de grande ampleur et pourquoi pas François Hollande)? D’ici-là tout va bien

Mais au delà des frasques spectaculaires qu’assiste la région, chaque déplacement du président fondateur coûte des milliards de Fcfa. Il faut tout importer de N’Djamena, des nourritures, d’eau minéral et autre produit de nécessité. Car malgré ses infrastructures, la zone est poussiéreuse et déserte de ses habitants nanti les ânes. Peut-être les autochtones ont peur que le dinosaure aurait laisser des enfants cachés dans le montagne et qu’un jour ils grandiront et resurgissent à nouveau.
Le petit fils du patriarche ITNO à tout fait mais en vain. La population autochtone préfère N’Djamena, Khartoum, Paris, Montréal, Chicago, Dubaï… que de retourner vivre  la peur au ventre.

La ville est relativement calme, c’est l’endroit idéal pour savourer d’un intense moment d’inspiration. Mais Ouiiii…puis qu’il y a plus de rebelle et des  »mercenaires ». Ça pourrait-être le secret aussi. Et y à quoi de plus bel que de faire le Ramadan chez-soi? Chez ses origines entourer de ses parents? Mais bien sûr le président accomplit le jeûne du Ramadan et pourquoi croyez-vous qu’il va à son village?  Aucune loi de l’islam n’exige de faire ce rite dans un lieu quelconque.

Sauf que connaissant les centres d’intérêts favoris de Deby,  cette année est un petit peu étrange par rapport aux trois derniers. Un proche collaborateur de Deby qui me semble insatisfait et un petit peu perturber, se laisse aller et affirme que 3 milliards de Fcfa ont été soustraire du trésors public destinés à l’aumône du président pour cette année. L’information est confirmée par quelque rare personne qui ont fait le déplacement, par certains soldats qui ont eu leur part sans préciser le montant exact et confient l’afflux des parents pèlerins venus du Soudan pour la circonstance.

L’Aumône ou la Zakât est le troisième pilier de l’Islam. Il est particulièrement obligatoire pour le musulman chaque an de faire un prélèvement de sa fortune selon un calcule précis un montant et le donner aux plus pauvres dans son pays de résidence. La plupart des musulmans l’accomplissent au mois du Ramadan. C’est une manière de se purifier au travers des biens que l’on a acquis légalement.

Que Deby confond la caisse de l’Etat tchadien avec son portefeuille, ce n’est guère étonnant et pas nouveau. Mais qu’il pense aux rites religieux autres que ces rites sataniques et maçonniques c’est très étrange. Car si on peut douter du démon qui habiterait son âme, il est quasiment indéniable qu’il est le disciple d’Aleister Crowley.

J’aimerai de ce fait attirer l’attention sur le rôle hypocrite et inadmissible du Conseil supérieur islamique du Tchad totalement inféodé au régime en place . Des véritables imposteurs qui se postulent aux savent de l’Islam. Si de nos jours la dépravation de la société tchadienne est de plus en plus troublante et tragique, c’est justement grâce à ces  »marabouts d’affaires » et ces  »pasteurs » qui propagent des vices et observent un silence complice aux graves violations des valeurs religieuses et humaines aux profits des intérêts par une prostitution politique et religieuse au pouvoir.

Ou en est-il leur baron Idriss Deby des valeurs fondamentales de l’Islam? Combien d’épouse à t-il? 5, 8, 10, 13,… L’Égarement des Savent c’est L’Égarement de toute une nation ضلال العلماء ضلال امة كامله combien de fois des ignorants qui se prennent à des érudits.
Oh!  Tchad le pays de tout les paradoxes.

Djarma Acheikh Ahmat Attidjani
Activiste politique; Analyste Indépendant

The following two tabs change content below.
Djarma Acheikh Ahmat Attidjani
Parfaitement bilingue (arabe-français), activiste politique et analyste indépendant. Citoyen du monde. Passionné d'histoire, des études islamiques et de bande dessinée. Étudiant à vie. Fervent défenseur de la liberté de pensée et d'expression. J’œuvre pour les valeurs démocratiques et la justice. Rédacteur de Jeunes Tchad.
Djarma Acheikh Ahmat Attidjani

Derniers articles parDjarma Acheikh Ahmat Attidjani (voir tous)

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *