Baba Ladé en danger de mort au Tchad

Le général Baba Laddé est emprisonné en République Centrafricaine depuis le 8 décembre 2014 après son arrestation par les forces de la Minusca de l’ONU.

Pour rappel, le 24 novembre 2014, le président tchadien Idriss Deby Itno limogeait la plupart des préfets et sous-préfets tchadiens, dont Baba Laddé. Celui-ci acceptait cette décision et sa hiérarchie lui signifiait qu’il devait rester à son poste jusqu’à l’arrivée de son successeur.

Baba Laddé prépara le depart de sa famille, mais la population de Maro s’y opposa, voulant garder son préfet. En effet le préfet Mahamat Abdoul Kadre, dit Baba Laddé, s’était engagé dans la résolution des conflits, avait radié de nombreux fonctionnaires fictifs, avait lancé des projets pour les jeunes, pour la protection de l’environnement et pour l’amélioration des services scolaires.

Le président tchadien prit sans doute ombrage de la popularité de son ancien opposant et ordonna son arrestation.

En danger de mort, Baba Laddé prenait la fuite vers la RCA où un grand nombre de ses anciens partisans, issus de plusieurs pays, avaient intégré la Seleka. Pour information, depuis sa reddition de septembre 2012, il n’avait aucun lien hiérarchique, politique ou militaire avec ses anciens compagnons. Pendant ce temps ses proches étaient arrêtés et maltraités par le pouvoir tchadien.

Arrêté en RCA, nous exigeons:

– qu’il soit considéré comme un réfugié politique en danger de mort au Tchad, et qu’il puisse obtenir un asile politique dans un état démocratique.

– qu’il soit considéré comme un prisonnier de guerre, et qu’il ai donc les droits octroyés par la Convention de Genève.

– que le parquet de Bangui publie les faits qui lui sont reproché.

– qu’il ai droit à un avocat et le droit à entrer en contact avec ses proches.

Si nous ne pouvons nier que certains hommes de Baba Laddé ont commis des actes criminels, ceux-ci n’ont jamais été ordonné par Baba Laddé, au contraire, celui-ci a toujours réprimé ses combattants auteurs de tels actes. L’opposition tchadienne a les preuves de cela, et plusieurs états ont également en leur possession des preuves qui innocente Baba Laddé d’actes criminels.

Fait le 16 Décembre 2014

Scheikh Aboulanwar  Djarma
Ancien Maire de N’Djamena
Ancien Ministre
Ancien membre de CST Opposant politique

The following two tabs change content below.
Djarma Acheikh Ahmat Attidjani
Parfaitement bilingue (arabe-français), activiste politique et analyste indépendant. Citoyen du monde. Passionné d'histoire, des études islamiques et de bande dessinée. Étudiant à vie. Fervent défenseur de la liberté de pensée et d'expression. J’œuvre pour les valeurs démocratiques et la justice. Rédacteur de Jeunes Tchad.
Djarma Acheikh Ahmat Attidjani

Derniers articles parDjarma Acheikh Ahmat Attidjani (voir tous)

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *