UA: Le racisme et controverse de Moussa Faki

Étiquettes

Les manifestations citoyennes pour les droits civiques des populations de couleur, particulièrement des afro-américains aux Etats-Unis provoquées par une bavure policière font sortir le président de la commission de l’Union Africaine de sa tanière.

Dans un communiqué, le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, a fermement condamné le « meurtre » et exhorté les autorités américaines d’intensifier leurs efforts pour éliminer toutes formes de discrimination raciale ou ethnique.

A bien y regarder, ce communiqué dénonçant le racisme ethnique aux Etats Unis est un aveu de racisme plus macabre encore que le meurtre des afro-américains aux Etats Unis.

Le fait même que, suite aux événements aux États-Unis, la commission défende les droits des citoyens américains soumis aux lois et juridictions américaines que sont les afro-américains est une insulte et un acte de racisme envers l’Afrique. 

Des milliers d’Africains périssent chaque jour dans la méditerranée fuyant l’injustice des régimes africains, sans parler de la soumission et la réduction à l’esclavage des populations entières en Afrique par les régimes africains au vu et su de M. Faki et de sa commission dans une totale indifférence.

Si M.Faki et ses pairs africains se sentent plus proches de la cause américaine que de la cause africaine au point de faire un communiqué officiel portant sur les evénements aux USA, au nom de quoi ou de qui parlent-ils, au nom des populations africaines? Ne proclament-ils pas un complexe d’infériorité face aux afro-américains ou que la cause afro-américaine vaut plus que celle des populations africaines en Afrique sous le joug de leurs politiques discriminatoires ? Doit-on comprendre à leurs yeux, qu’une vie vaudrait donc plus d’une autre..?

Comment un père, dont le fils est accusé du viol d’une fille au lycée et qui intervient pour le faire libérer sans aucune forme de justice, peut-il prétendre donner une leçon de droit ? Serait-ce un coup de communication de m’as tu vu ou une énième tentative d’avorter la lutte citoyenne afro-américaine par peur qu’elle soit importée par la jeunesse africaine?

Au nom de sa commission et en tant que citoyen d’origine tchadienne, M. Faki aurait-il le courage de dénoncer la dictature aveugle du régime ségrégationniste, ethnique et tribal de N’Djamena dont il représente les intérêts à la tête de l’institution ou serait-il un message indirect adresser aux dictateurs africains? Ou est-ce là de l’activisme inavoué sous couverture diplomatique? 

Quoiqu’il en soit, sans changement de posture des dirigeants et institutions africaines envers la jeunesse africaine sur le continent, face à une injustice criarde, une politique endémique et une violation systématique des droits fondamentaux, le mépris qu’ils affichent résultera inévitablement en un mouvement de révolution. 

La jeunesse africaine ne dort pas et voit bien dans les prises de position de ses dirigeants et institutions, qu’il s’agisse de pleurer un « Charlie » en France ou de dénoncer quelque injustice envers un afro-américain, qu’elle est laissée pour compte en termes de Justice.

Djarma Acheikh Ahmat Attidjani
Activiste, Mondoblog

Partagez

Auteur·e

djarmaacheikh

Commentaires