Que font les officiers dans les armées en Afrique?

Étiquettes

Pour élucider ce sujet tabou en Afrique, nous sommes tenus de définir en quelques mots l’Armée. Qui sont ceux qui la créent, la forment et la commandent ? 

L’Armée est le corps du métier par excellence, celui des armes. L’Armée d’antan était un corps expéditionnaire pour conquérir des terres au profit d’un roi qui souvent voudrait bâtir un empire. Ce Corps était la propriété du roi tout comme ses sujets sur qui le roi avait droit de vie et de mort. 

L’Armée d’aujourd’hui est un corps, mieux, une institution qui veille à la défense et la sécurité d’un pays constitué en Etat. Les Hommes (hommes et femmes) qui composent l’Armée sont appelés des soldats. Nom tiré de leur paie initiale. C’est le solde, c’est à dire le reste de l’Argent qui a servi à les habiller et blanchir, les nourrir, les loger durant le service (l’expédition d’antan), qui leur est remis équitablement selon l’ancienneté et le grade de chacun. 

Sur ce, l’Armée est donc créée, formée et commandée par des hommes eux- mêmes formés en officiers c’est-à-dire des hommes initiés pour être chefs. L’Armée républicaine est une institution qui veille à la défense et à la sécurité des autres institutions qui composent l’Etat c’est-à-dire la population, le territoire et le gouvernement. C’est d’abord la population qui peuple un territoire dirigé par un gouvernement. L’Armée est donc l’Armée du peuple. 

Les officiers sont donc soumis à la loi pour servir le peuple. Quoique l’Etat soit une continuité, le gouvernement change au grès de la gestion de la cité mais la mission de l’Armée ne change pas tout comme le peuple ou le territoire qui demeure le même. De là, la longue maxime « l’on peut tromper tout le peuple une partie de temps, l’on peut tromper une partie du peuple tout le temps, mais l’on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps ». 

Au vu de ce qui précède, l’Armée est donc l’émanation du peuple qui paie son impôt en vue de s’assurer sa sécurité grâce à ceux qui s’y engagent sur la base du sacrifice pour le peuple. Pour paraphraser le syllogisme l’Armée est donc « la défense et la sécurité du peuple par le peuple pour le peuple ». 

Venons en donc en Afrique. En occident, (Eh oui ! c’est l’Occident qui forment encore et toujours après « 60 ans d’indépendance » nos officiers et sous-officiers !) ; je disais donc, en Occident nombre des formateurs (instructeurs) des officiers des Armées en Afrique répètent allègrement « Il n’y a pas d’armées en Afrique… ». Voici le débat. 

Alors, s’il n’ya pas d’Armée en Afrique, qu’avons-nous donc en lieu et place de ce corps noble du métier des armes ? Qui sont donc ceux de nous (parents, frères, fils et filles) qui meurent « tombés sur le champ d’honneur » ? 

L’Armée du roi lui vouait une parfaite adoration et protection jusqu’au déclin du règne ou la chute du royaume. Les Armées en Afrique vénèrent les Présidents africains qui les ont créées, les forment et les commandent comme Chef Suprême. Les officiers africains obéissent non pas à la légalité pour protéger leurs peuples (parents, frères, fils et filles) contre des violations graves des droits des citoyens et de l’Homme, violations ordonnées par le Chef Suprême. Mais au su et au vu de tous, en mépris jusqu’à la Loi constitutionnelle qui a dévolu à l’Armée le rôle régalien de défense et de sécurité des institutions, ces officiers commandent des massacres et des génocides en Afrique en vue de garder leur emploi vis-à-vis d’un « président à vie ».

Lire===> Idriss Déby a-t-il piégé François Hollande?

Au vu de cette pratique qui offense la définition ou l’existence même d’une Armée, les observateurs et stratèges sont unanimes que les corps constitués dans les différents pays en Afrique sont des « Milices » à la solde du locataire du palais présidentiel. « Il n ya pas d’Armée en Afrique, il n y a que des MILICES ». En effet, nous ne pouvons parler d’Armée en Afrique sans faire allusion au président de la république qui tient plus son pouvoir de la puissance de « son armée » qu’à celle des urnes. Les présidents en Afrique ne sont pas le fruit des élections dans une concurrence parfaite des débats politiques contradictoires. Ces présidents sont plutôt l’émanation d’une volonté ou d’une puissance, mieux, d’un empire colonial. 

Nous voici aux faits. L’Armée républicaine est l’Armée du peuple et non celle d’un homme, puisse –t-il être roi ! Alors qui sont donc ceux qui créent, forment et commandent les armées en Afrique ou simplement notre sujet « que font les officiers dans les armées en Afrique » ? 

Les Etats africains sont nés de la volonté des empires coloniaux décadents en transition vers un nouveau système de domination. Les leaders dits « élites » des « Soleils des indépendances » d’Ahmadou Kourouma, mieux de « l’Afrique noire est mal partie » de René Dumont sont issus du giron colonial de l’Empire. Ces leaders, qui nous sont bombardés, ont tous systématiquement été couvés dans la seule optique de conserver et drainer les richesses encore scandaleuses jusqu’à nos jours du Continent noir vers l’Empire colonial. Rebaptisé « Parrain » ou Conseiller donc partenaire technique spécial, « Coopérant bilatéral » ou Expert, et surtout en Mission d’Assistance « militaire, administrative, institutionnelle,… et toutes sortes d’ONG dont les missions curieusement, s’éternisent comme par miracle dans un parfait enchainement à donner du vertige à tout sens humain normal. 

A ce propos, le 16 octobre 2018 sur la route Bobo-Dioulasso – Ouagadougou, je voyageais avec pour voisin un jeune adolescent en classe de seconde C. La causerie allant bon train Job, un jeune musulman, me dit qu’il voudrait intégrer l’Armée « pour chercher du travail » ! Je fus hors de moi et ne le fis pas savoir. Je lui proposais de faire un cycle d’ingénieur et de créer son entreprise pour vivre riche sans être esclave. Nous intégrons l’Armée pour deux raisons : la PASSION du métier des armes et le SACRIFICE pour la nation. L’Armée est un métier noble. On n’entre pas dans l’Armée « pour chercher du travail » quoique le corps demeure un pourvoyeur d’emplois, il ne recrute que ceux qui savent pourquoi ils s’engagent : SERVIR la nation par sacrifice. Y entrer pour de l’argent c’est choisir de vivre l’enfer déjà sur terre. 

Pour cause, comme ce gamin, nombre d’officiers africains intègrent l’Armée pour chercher du travail, gagner leur pitance. Pitoyable ! Que peut attendre l’Afrique d’un Homme qui s’engage dans l’Armée pour une solde, le reliquat de ce qu’il a mangé et bu, le reste de son savon ? Il ne s’est pas engagé pour défendre un peuple, une nation, un idéal mais bien pour la solde ! L’officier africain est donc un ouvrier au service de son employeur. Il a tout d’un esclave et rien d’un libérateur, d’un défenseur des divers peuples d’Afrique dont il ne se sent pas responsable. Il est irresponsable de tout ce qui peut advenir à ces peuples même jusqu’aux siens c’est-à-dire sa femme, ses enfants, ses frères et parents. Du coup, « Allons enfants de la Patrie » chanté par lui dans l’Armée française dit tout et rien à la fois : tout par que la Patrie, ici, c’est la France dont il est l’employé. Cela ne lui dit rien parce que l’Afrique n’est pas sa Patrie ! Il ne peut être responsable de ce qui ne le regarde pas. 

Que font les officiers africains pour l’Afrique ? Rien justement. Ils sont là pour leur ventre oubliant souvent leur propre famille et alliés. Ce sont toujours et encore des « TIRAILLEURS », des « SOUS-HOMMES » au service du Maître. Pour preuve, après 60ans les Armées en Afrique sont formées et commandées directement ou indirectement par l’Empire colonial. Toutes les opérations des plus petites jusqu’aux transnationales sont sous contrôles effectifs 24heures sur 24 par les généreux Conseillers militaires de l’Empire colonial ! 

Nos troupes sont transportées et ravitaillées par la France et les Etats-Unis en toutes circonstances à l’intérieur du Continent. Les forces et faiblesses de « nos forces armées » sont entre les mains de l’Empire colonial. Récemment encore des pays africains avaient une ligne dans le budget de défense de la France. Est-ce un corps de l’Armée française ou d’une Armée africaine ? 

C’est l’Empire qui nous trace les plans des opérations, nous offre gracieusement nos postes, secteurs ou angles de vue ou de tirs… Oh ! là là ! Comme vous le constatez. Il n’y a aucune limite à la soumission à l’Empire colonial. Les officiers dans les Armées africaines sont des « SOUS TRAITANTS » d’une filiale de l’Armée française. Et les présidents des valets de l’empire. Ainsi, ni les présidents, ni les officiers à leurs ordres n’ont de compte à rendre aux peuples d’Afrique. 

Alors pour qui meurent-ils ? Pour la France évidemment. C’est elle l’Empire colonial désormais épaulé par les Etats-Unis. La France est le pays qui a donné le meilleur exemple de liberté et de souveraineté en refusant le Plan Marshal proposé par les Etats Unis d’Amérique à la France, après la 2ème Guerre mondiale ; mais que fait-elle encore en Afrique 60ans après les « soleils des indépendances » sur le Continent ? 

« A quand l’Afrique ? » l’avant dernier livre de son Eminence, le professeur Joseph KI ZERBO a été rejeté dix huit fois par les maisons d’éditions françaises avant d’être publié au Canada ! Les Administrateurs, les Educateurs, les Officiers africains le savent-ils ? L’ont-ils seulement lu ? 

Comme « Allah n’est pas obligé », l’Afrique est-elle obligée d’admettre toutes ces atrocités fomentées par l’Empire colonial sur son sol ? « Ils viennent jusque dans nos bras égorgés nos fils et nos compagnes… » pour ainsi dire et encore reprendre la Marseillaise de la France Libre. 

Et comme le dit « Les Noirs ne lisent pas », un article-lettre lu par Dee Lee sur une radio de New York, les Noirs sont trop occupés par l’IGNORANCE, l’AVIDITE, et l’EGOÏSME, alors nombre d’Africains officiers, administrateurs, éducateurs ne savent toujours pas que l’Afrique demeure sous l’Empire colonial qui s’est simplement transmué avec l’évolution des connaissances. 

Il n’y a pas d’Armée en Afrique se lit aussi il n’y a pas d’Ecole en Afrique, il n’y a pas de Justice en Afrique, pour ainsi dire il n’y a pas d’Afrique en Afrique ! Ah ! Encore la question de l’existence ou de l’identité ! « Connais-toi, toi-même » ! Qui es-tu Officier africain ? Qu’as-tu fait pour l’Afrique ? ou bien es-tu en train d’attendre que l’Afrique fasse quelque chose pour toi ? 

Que font ces officiers africains lorsque l’Empire colonial décrète et nous parle de terrorisme en Afrique ? Moi, je pose la question de savoir qui sont les terroristes en Afrique ? Que la France nous dise qui a posé les bombes à l’Ecole de Police, au Commissariat central et au Marché central de Ndjaména au TCHAD ? L’Afrique est infestée des antennes et de satellites qui passent en revue 24h sur 24 tout mouvement et même les pierres inertes jusque dans les profondeurs des sous-sol.

Lire===> Attentat : les Tchadiens frappés par le terrorisme 

Si les officiers sont des ouvriers tirailleurs employés par les valets- présidents, serait-il difficile à l’Empire colonial d’offrir quelques billets de banque aux potentiels candidats aux emplois de la mort ? 

Si par temps de terrorisme, la seule offre d’emploi reste l’Armée qui donne des miettes de soldes, je doute que les stratèges de l’Empire colonial n’aient pas pensé à acheter des chairs à explosif ? Donnez-moi une seule raison pour qu’ils ne puissent pas le faire ; d’autant que le faire leur donne mille et une raisons de pérenniser leur position sur ce Continent. L’Afrique est doublement le berceau de l’humanité et l’avenir de l’humanité aux richesses encore scandaleuses malgré 400ans d’exploitation arabo-musulmane et 600ans d’exploitation occidentale. 

Les stratèges de l’Empire sont en train d’accélérer par les nouvelles technologies l’exploitation de ces richesses qui ressemblent à un champ d’arachide entre les mains des singes. Oui ! Les troubles partout sur le Continent permettent aux multinationales occidentales et orientales de soustraire toutes les ressources africaines avant que les Africains ne se réveillent. 

Les officiers africains ne peuvent-ils pas eux-mêmes mener des contre- renseignements pour savoir ce qu’il y a derrière cette fausse vague de terrorisme du Tchad au Burkina-Faso, emportant dans la malle le Bénin. Sous quels angles ces pays sont-ils islamistes ? Je connais les composantes de la société tchadienne et je vis en Afrique de l’Ouest depuis plus de 18ans où je partage avec des manœuvres, ouvriers, techniciens, ingénieurs, des Chefs d’entreprises. Je suis observateur de la société depuis mes huit ans ! Poète et homme spirituel, je m’intéresse à la vie des enfants dans la rue pour les réinsérer dans le tissu social partout où je passe de Ouagadougou à Dakar, De Cotonou à Abidjan. Non ! Je ne suis pas si dupe que ça ! Quelle que soit la sophistication des mouvements des prétendus terroristes, ils ne peuvent pas, à ce point, échapper à toutes ces populations animistes et foncièrement syncrétiques. 

Officiers africains, « pardonnez » (en ivoirien), menez vos propres enquêtes. Faîtes du renseignement. Servez-vous des liens africains traditionnels. Je vous en prie, mettez fin à ce faux terrorisme sans armes à feux ni bombes. Si vous le voulez vous pouvez sans interface ou intermédiaire entre vous et votre population. Soyez francs avec vos peuples et ils vous aideront à faire taire ces illusions dont la seule visée est de fragiliser l’Afrique pour la maintenir sous perfusion.

Partagez

Auteur·e

djarmaacheikh

Commentaires