Thomas Dietriche se trompe-t-il de combat ou de pays?

Le lundi 18 avril, un ressortissant français a été expulsé du Tchad  vers le Cameroun après avoir été arrêté la veille peu après son arrivée à N’Djamena la capitale Tchadienne.

Politiquement, il se défini comme un opposant au régime tchadien d’Idriss Deby et prêt à le faire savoir même au péril de sa vie. Thomas Dietrich est un Français qui se dit avoir été tombé amoureux du Tchad. Ainsi, le jeune homme veut libérer les tchadiens de la dictateur d’Idriss Deby et sauver un peuple qui crie à famine selon ses propos.

Un combat aussi maladroit sur le fond que sur la forme. De quel droit M. Dietrich peut-il se permettre d’être «opposant» a un president de la république du Tchad? Une république au quelle il n’en détient pas la nationalité? Aurait-il par hasard confondu le régime de Deby à celui de François Hollande en chute libre dans les sondages? Ou cherche-t-il à perpétuer la tradition coloniale française en Afrique?

Diplômé en Science Po Paris, celui-ci part faire son stage à Bangui au ministère du commerce dans les années 2011. Très vite, M. Dietrich intègre le cercle du pouvoir en Centrafrique au temps de François Bozizé et devient presque incontournable aux chefs rebelles centrafricains de la Seleka. Il avait écrit un roman Là où la terre est rouge pour preuve d’amour pour la Centrafrique. Lors de la guerre civile et confessionnelle qui ravage le pays en 2012, Thomas retourne en France et se rapproche un peu plus des fils d’Ibni. Ils fondent ensemble le Mouvement du 3 février (M3F) référence à la date de disparition de l’opposant Ibni Oumar Mahamat Saleh et se donnant objectif de renverser du pouvoir le tchadien Idriss Deby.
Il est alors invité en tant que conseiller et souvent spécialiste du Tchad sur les plateaux télé en France notamment sur TV5 monde et France 24. Sans blague.

Co-administrateur du site internet tchadenligne.com et centrafriquenligne.com, l’écrivain abandonne Là où la terre est rouge et tombe sous le charme des enfants des Toumaï. Un roman qu’il écrit sur le Tchad en 2016.
Après l’éclatement du mouvement M3F à la fin de l’année 2015, Thomas se démarque et passe de statut de conseiller à l’opposant. Il se rapproche ainsi d’un autre groupe des activistes tchadiens à Paris.

Si c’est un Tchadien qui se présente opposant à une autorité française en France, on l’aurait mis en prison pour entrave à l’autorité, interné dans un hôpital psychiatrique  ou traité d’humoriste du mauvais goût.

Ceci, explique-t-il en faite le silence de l’ambassade de France à N’Djamena face aux traitements dégradants infligé à l’un de ses ressortissants par l’ANS, la police politique? Serait-il aussi une approbation des autorités françaises aux procédés répressives du régime de Deby pendant 25 ans? Ou une approbation symbolique de plus au passage en force par Deby à l’élection présidentielle du 10 Avril?

Plusieurs journalistes, chercheurs, militants et associations de défense de droit de l’homme à travers le monde mènent un combat tous les jours au quotidien contre les systèmes totalitaires en les dénonçant dans le cadre de leurs métiers. Il est triste de constater que l’aventure malheureuse de M. Dietrich n’est pas plus qu’une opération de communication.

Doit-on lui rappeler la main mise de la France au Tchad depuis plus de 50 ans? Doit-on rappeler à Mr Thomas Dietrich que le régime barbare qu’il veut combattre est maintenu et soutenu par son gouvernement? A-t-il oublié que les cris de ce peuple qu’il qualifie d’affamé est de leurs maintien dans la misère par la France ? Les Tchadiens n’ont pas besoin d’un bouc émissaire de s’en apitoyer sur leur sort. Ne pas confondre certains activistes à Paris au reste des Tchadiens.

Le jour au vous aurez l’audace Mr Dietrich de combattre votre gouvernement et faire une excuse des crimes commis en Afrique et au Tchad en particulier, peut-être que les Tchadiens rêveront votre bonne volonté. Vous êtes beaucoup plus concernés par Nuit Debout que par Deby au Tchad. En vous souhaitant une bonne guérison.

Djarma Acheikh Ahmat Attidjani
Activiste, Mondoblogeur

The following two tabs change content below.
Djarma Acheikh Ahmat Attidjani
Parfaitement bilingue (arabe-français), activiste politique et analyste indépendant. Citoyen du monde. Passionné d'histoire, des études islamiques et de bande dessinée. Étudiant à vie. Fervent défenseur de la liberté de pensée et d'expression. J’œuvre pour les valeurs démocratiques et la justice. Rédacteur de Jeunes Tchad.
Djarma Acheikh Ahmat Attidjani

Derniers articles parDjarma Acheikh Ahmat Attidjani (voir tous)

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *