Tchad: l’histoire d’un Etat informel

De l’indépendance 1960 à l’an 2000:  flash-back sur la situation politique du Tchad.

On dit que les premiers anciens habitants du Tchad étaient les Saos qui sont installés au Sud du Lac-Tchad. A l’époque, le Lac-Tchad occupait une grande partie de son bassin. Les restes d’une faune des savanes et des lacs, comportant aussi bien des hippopotames que des rhinocéros et des éléphants, ont été trouvés ça et là. Des gravures rupestres témoignent de l’existence de populations pratiquant la chasse, la pêche et l’agriculture. Ces premières populations ont développé une civilisation originale caractérisée par des statuettes funéraires de terre cuite. Au XIème siècle, les saos sont supplantés par le royaume du Kanem dont le souverain, converti à l’islam, intègre le royaume du Bornou voisin et pousse jusqu’en Libye. Au XVIème siècle, le Kanem-Bornou s’affaiblit devant le royaume du Baguirmi au Sud et celui du Ouaddaï à l’Est. Tous ces royaumes sont accusés des razzias contre les populations du Sud.

En 1900, les troupes françaises lancent une offensive contre Rabbah et ses hommes. L’offensive des troupes françaises est dirigée par le commandant Lamy. Après la bataille de Kousseri et la mort du Leader de la résistance Rabah et de l’officier français le commandant lamy (grièvement blessé) le 22 avril 1900, le Commissaire français Emile Gentil créea Fort-Lamy (aujourd’hui N’djamena) en mai de la même année.

En avril 1908, la Frace et l’Allemagne signèrent une convention qui cède à la France une partie du « bec de canard » dépendant de Bongor, en compensation d’autres territoires du Gabon, de l’Oubangui et du Tchad.
En 1909, les forces françaises occupent la région du Ouaddaï après plus de 8 ans de résistance populaire. Ainsi commence la colonisation du Tchad qui s’est heurtée aux visées de la Grande-Bretagne, présente au Soudan et au Nigeria, et de l’Italie, présente en Libye.
En janvier 1910, le Congo français est dénommé Afrique Equatoriale Française. En avril 1914, la France et la Grande-Bretagne signèrent un accord en vue délimiter la frontière entre le Tchad et le Soudan.

Le 25 janvier 1917 est historiquement marqué par « la boucherie de coupe-coupe » où les forces françaises sont accusées d’avoir massacré plus de 400 religieux dans la région du Ouaddaï. En 1919, Fort-Lamy est baptisée Commune. En 1920, le territoire militaire du Tchad est érigé en colonie civile avec Fort-Lamy comme Capitale.
En 1929, c’est la fondation du poste de Moundou par le gouverneur Reste.
En juillet 1936, la France met en place le Coseil de Notable en Afrique Equatoriale Française. En Août 1940, sous l’impulsion du gouverneur français Eboué, le Tchad répond favorablement à l’Appel du 18 juin et se rallie à la France libre. Il sert de base aux forces du général Leclerc pour s’élancer à l’assaut du Fezzan (Libye) et faire la jonction avec les forces britanniques de Cyrénaïque.En octobre 1945, le tchadiens appelés « indigènes » s’expriment par la voix de leurs « Grands électeurs » et votent à l’assemblée constituante. En novembre 1946, Gabriel Lisette est élu député du collège électoral ou collège des autochtones, au parlement français. En février 1947, Gabriel Lisette crée le Parti Progressiste Tchadien (PPT) qui adhère au Rassemblement démocratique africain (RDA) crée par l’ivorien Félix Houphouet Boignet à Bamako en décembre 1946.

Le 16 avril 1952, L’armée coloniale française commet des massacres à Bebalem (Logone Orientale). En mars 1957, à l’issue de la loi cadre de juin 1956, il ya eu des premières élections à l’Assemblée territoriale. Le nombre des conseillers à élire est porté à 65. Trois formations s’affrontent. Le 28 novembre 1958 est la proclamation de la République du Tchad. Le 31 mai 1959, victoire du parti (PPT RDA) aux élections législatives avec 57 sièges sur 85. Le 16 juin 1959, François Tombalbaye forme le premier gouvernement de la République du Tchad composé de dix ministres et 4 secrétaires d’Etat. Le 11 août 1960, le Tchad obtient son indépendance avec pour Président François Tombalbaye. La proclamation a été faite en présence de André Malraux, représentant le président de la République française. Les seuls à avoir pu et voulu profiter de l’enseignement et occuper des postes de responsabilité étaient les chrétiens du Sud. Une situation que les musulmans du Nord ont jugée injuste et inadmissible. Le 19 janvier 1962, le président Tombalbaye dissout les partis politiques autre que son parti le PPT. Le 22 avril 1962, élection à la présidence de la République de François Tombalbaye, candidat unique avec 678 voix sur 698 inscrits.

En 1963, des violences s’explosent dans la capitale tchadienne, suivies des arrestations massives. Le 5 janvier 1965, Emeute à Mangalmé (Guéra) où plusieurs centaine de paysans Moubi attaquent au couteau et à la sagaie une délégation ministérielle faisant tuer deux personnalités politiques et six gendarmes. Le 7 septembre 1965, Hassan Ahmat Moussa (tué par Hissène Habré à Ati en 1979) forme à partir du Soudan un mouvement armé, le Front de libération du Tchad (FLT).

Tchad1

Le 22 juin 1966, Brahim Abacha forme au congrés de Niala (Soudan)avec ses amis (Mahamat Albaghlani Imam et Abakar Djalabo ..) le Front de libération nationale du Tchad (Frolinat). Le 18 février 1968, Mr/ Brahim Abacha leader du Frolinat trouve la mort à la suite d’un combat avec les forces gouvernementales et Dr. Abba Sidick prend la relève d’où la première scission du Frolinat avec la formation du Volcan (1ère armée du Frolinat) dirigé par Mahamat Albaghlani Imam. En 1968, se crée la deuxième armée du Nord. Le 27 Août 1973, dissolution du PPT-RDA et la création par le président Tombalbaye du MNRCS (Mouvement national pour la révolution culturelle et sociale)suivie de la pratique de Yondo qualifié par Tombalbaye comme retour à l’authenticité tchadienne. En 1973 est aussi l’occupation de la bande d’Aouzou par la Libye.

En 1974, Hissène Habré leader de la Deuxième armée du Nord prend en otage Madame Claustre (française). Le 13 avril 1975, le général Maloum arrive au pouvoir après le renversement du Président François Tombalbaye(tué) par les militaires. Le 10 octobre 1976, Habré est démis de ses fonctions comme président du CCFAN (conseil du commandement des forces armées du Nord) et remplacé par Goukouni Weddey.

En 1976, Acyl Ahmat (ex-député de Tombalbaye) arrive en Libye et rejoint le mouvement politico-militaire volcan dirigé par Mahamat AlBaghlani Imam. Debut janvier 1977, Acyl soutenu par la Libye s’oppose à Albaghlani. Le 27 mars 1977, Mahamat Albaghlani trouve la mort à Benghazi (Libye) dans un accident de circulation flou (avec lui meurt son chauffeur Mahamat Hissein). En 1978, Le Frolinat dirigé par Goukouni Weddey libére la ville de Faya Largeau. 1978, Hissène Habré devient premier ministre à la suite d’un accord de paix (Charte fondamentale) signé à Khartoum avec le gouvernement militaire du Tchad. 1978, toutes les tendances politico-militaires s’unissent pour la première fois, créent les FAP (forces armées populaires) à Faya. La même année, des affrontements armés s’éclatent à Faya entre les combattants de Goukouni Weddeye et ceux de Acyl Ahmat. La même année aussi, les combattants de Hissène Habré premier ministre attaquent la ville de Arada tenu par les forces du Frolinat.

Debut 1979, Acyl Ahmat Akhbach forme le CDR (conseil démocratique révolutionnaire). Le 18 février 1979 les troupes de Hissène Habré (premier ministre) et celles du général felix Maloum (président) s’affrontent dans tout le pays; les forces du Frolinat de Goukouni Weddeye dirigées par le commandant Goukouni Guet (assassiné par Idriss Déby) après son extradition du Nigeria en 1992) volent au secours de Hissène Habré. Août 1979, l’accord de Lagos.

Françoise Claustre

Françoise Claustre

11 Novembre 1979, les onze tendances politico-militaires forment un gouvernement d’union nationale de transition (GUNT) dirigé par Goukouni Weddeye. Debut 1980, les onze tendances se scindent en deux groupes (Sous le GUNT de Goukouni et les FAN de Habré)et s’affrontent pendant 9 mois dans la capitale. En Décembre1980, Goukouni gagne la guerre et chasse Hissène Habré grâce au soutien massif des libyens. Le 7juin1982 Hissène Habré reprend le pouvoir par les armes grace au soutien des américains, soudanais, égyptiens et français. En 1983, Le GUNT reprend la ville de Faya-largeau. En Octobre 1986, des affrontements opposent le GUNT dirigé par Goukouni Weddey et appuyé par Hissène Habré (président) contre les forces libyennes appuyées par le Néo-GUNT de Acheikh Ibn-Oumar. Le 1er avril 1989, Idriss Déby s’oppose à Hissène Habré, il reprend le maquis et forme le MPS (mouvement patriotique du Salut). Soutenu par la France et la Libye, il arrive à démanteler le régime de Habré le 1er décembre 1990.

13 Avril 1996: Publication par la Cour d’Appel des résultats officiels et définitifs du référendum constitutionnel: 63,50% de Oui contre 36,50% de non. Juin: Election présidentielle fraudée. Idriss Déby l’emporte avec fraude au second tour face à Kamougué Wadal Abdelkader. Il sera investi le 8 août 1999. Avril 1999: La Cour suprême et la Conseil constitutionnel voient le jour. 25 janvier 2000, Hissène Habré est inculpé pour complicité de tortures.

A suivre……

Rédaction de Jeunes Tchad

The following two tabs change content below.
Djarma Acheikh Ahmat Attidjani
Parfaitement bilingue (arabe-français), activiste politique et analyste indépendant. Citoyen du monde. Passionné d'histoire, des études islamiques et de bande dessinée. Étudiant à vie. Fervent défenseur de la liberté de pensée et d'expression. J’œuvre pour les valeurs démocratiques et la justice. Rédacteur de Jeunes Tchad.
Djarma Acheikh Ahmat Attidjani

Derniers articles parDjarma Acheikh Ahmat Attidjani (voir tous)

2 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *