Quatrième jour de manifestation des étudiants tchadien en Algérie

Après la libération de leur camarade, président des étudiants tchadien en Algérie arrêté par la police, les  étudiants tchadiens ont repris de plus belle leur manifestation devant leur ambassade à Alger ce samedi 3 mai. Les manifestants s’étaient réunis du 28 au 30 avril devant la représentation diplomatique où ils avaient empêchés de manière violente par la police de se rassembler.

La cause de ce mobilisation est pour «reclamer leur droit». Deux ans sans avoir touché leur aide forfaitaire de 50 000 fcfa par an environ 90$, ils réclament au directeur de bourses et sa délégation venus de N’Djamena d’augmenter ce «montant pathétique» alors qu’ils bénéficient d’une bourse d’État, dénoncer leurs conditions de vie déplorable et exige départ de l’ambassadeur.
Ce dernier avec son fils et son beau frère ont tabassé le président des etudiants à coups de poing avant d’être arrêté par la police.

Lire ==> Les étudiants tchadiens en Algérie demandent le départ de l’ambassadeur du Tchad

Gréve de la faim

Pour ce grande mobilisation d’aujourd’hui, certains étudiants ont entamé une gréve de la faim  pour faire entendre leur voix.

Des étudiants tchadiens en Algérie en gréve de la faim

Des étudiants tchadiens en Algérie en gréve de la faim

Notons aussi que les étudiants sont contraints à abandonner les cours pour prendre part aux  protestations.

Des menaces d’expulsion

Deux étudiants auraient été menacés d’expulsion vers leurs pays par l’ambassadeur et d’autre annuler  leur bourse.

Brutalité policière

La police algérienne avait réprimer brutalement les étudiants qui manifestent pacifiquement devant leur représentation. Elle avait empêcher de filmer, des maternelles (smartphone) ont été saisie et d’autre pièce importante perdu: passeport, carte d’identité etc…

Le calvaire des étudiants tchadiens boursier à l’étranger

Le pays est parmi le plus pauvre de la planète malgré ses ressources considérables et ses revenue pétroliers contrôler par un clan au pouvoir machiavélique sans scrupule.
Avec 8% de réussite au BAC, l’obtention d’une bourse d’étude se fait pour la plupart par des affinités et des corruptions.
Les étudiants brillants qui s’imposent sont eux ignorer au détriment des étudiants au parents au pouvoir qui passent leur études entre boite de nuit et hôtel de luxe.

photo manif

Étant donné que les étudiants étrangers ne sont pas autorisés à travailler dans les pays Arabes et du Maghreb, difficile pour ces jeunes de joindre les deux bouts tous les mois. “Je suis à Alger depuis 3 ans pour mes études dans l’agroalimentaire et je galère. Je compte sur la solidarité au sein de la communauté tchadienne et sur mes parents”, confie l’un des étudiants.

Pourtant quant on est boursier, l’étudiant bénéficie d’une service complet (logement, frais de scolarité, forfait mensuel, billet d’Avion aller-retour chaque deux ans ou une années selon les pays, etc…) Au Tchad, lors de la publication de l’arrêté de bourses, le passeport et le billet d’avion sont à la charge des boursiers qui n’ont souvent pas les moyens de les payer.

DSC_2602

Très souvent, les fonds alloués aux étudiants tchadiens à l’étranger sont systématiquement détourner par les personnels de l’ambassade ou par la commission de bourse.

Les étudiants qui affluent de partout vers Alger, disent être déterminés à continuer leurs manifestations jusqu’au satisfaction de leur droit le plus légitime.

Jeunes Tchad

The following two tabs change content below.
Djarma Acheikh Ahmat Attidjani
Parfaitement bilingue (arabe-français), activiste politique et analyste indépendant. Citoyen du monde. Passionné d'histoire, des études islamiques et de bande dessinée. Étudiant à vie. Fervent défenseur de la liberté de pensée et d'expression. J’œuvre pour les valeurs démocratiques et la justice. Rédacteur de Jeunes Tchad.
Djarma Acheikh Ahmat Attidjani

Derniers articles parDjarma Acheikh Ahmat Attidjani (voir tous)

2 Commentaires

  1. BONJOUR MONSIEUR, MADAME

    PAR L’INTERMÉDIAIRE DE LA COMMISSION FÉDÉRALE DES BOURSES ÉTRANGÈRES
    (CFBE-SUISSE), LE SECRÉTARIAT D’ÉTAT A L’ÉTUDE ET A LA RECHERCHE DE LA
    CONFÉDÉRATION LANCE UN APPEL A LA CANDIDATURE POUR 600 BOURSES D’ÉTUDES
    SUISSE AU TITRE DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 2015 – 2016. CES BOURSES SONT
    DESTINÉES AUX RESSORTISSANTS DES PAYS DE LA CATÉGORIE A (PAYS
    INDUSTRIALISES EUROPÉENS, ET EXTRA-EUROPÉENS) ET CEUX DES PAYS DE LA
    CATÉGORIE B ( PAYS EN DU DÉVELOPPEMENT, DU TIERS MONDE ET EXTRA
    -EUROPÉENS). ELLES DOIVENT LEUR PERMETTRE DE POURSUIVRE LEURS ÉTUDES, DE
    PARFAIRE LEURS CONNAISSANCES POUR LES TRAVAUX DE RECHERCHES DANS LES
    DOMAINES AUXQUELS LES UNIVERSITÉS LONDRES ACCORDENT UNE ATTENTION
    PARTICULIÈRE.

    – AVOIR AU MAXIMUM 16 ANS à 55 ANS ;
    – COMPRENDRE ET PARLER CORRECTEMENT L’UNE DES LANGUES D’ENSEIGNEMENT EN
    SUISSE (FRANÇAIS, ESPAGNOL, ALLEMAND, ANGLAIS, ITALIE) ;
    – AVOIR UN DIPLÔME ÉQUIVALENT AU BREVET D’ ÉTUDE DE PREMIER CYCLE
    D’ENSEIGNEMENT, AU BACCALAURÉAT OU AU BREVET D’APTITUDE PROFESSIONNELLE

    LES CANDIDATS RETENUS RECEVRONT UNE ATTESTATION DU SECRÉTARIAT DÉTAT A
    LÉTUDE ET A LA RECHERCHE POUR NOTIFICATION DE LA BOURSE. LES
    CANDIDATS DÉSIREUX DE PARTICIPER AUX BOURSES DÉTUDES 2015 – 2016
    DOIVENT RETIRER LEUR FORMULAIRE A REMPLIR AUPRÈS DE LA CFBEL: A LEUR
    ADRESSE ÉMAIL: residencebourseofsuisse@yahoo.fr
    LA DATE LIMITE DE DÉPÔT DES DOSSIERS EST D’UNE SEMAINE.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *