La gréve des étudiants tchadien en Alger prend une autre proportion

Deuxième jour de gréve de la faim des étudiants tchadiens en Algérie. Ils réclament l’augmentation de leur aide forfaitaire de bourse pour le 5e jour de manifestation devant leur ambassade en Alger.

Les autorités algériennes viennent de saisir cet après-midi 45 000 euro en liquide à l’aéroport d’Alger d’une délégation tchadienne venant de N’Djamena destiné au étudiants tchadiens en Algérie en gréve depuis une semaine devant leur l’ambassade exigeant une augmentation de leur bourse et dénonçant leur condition de vie déplorable.

Venant étouffer le feu, la délégation tchadienne attise un autre qui risque un escalade diplomatique entre le Tchad et l’Algérie.
45 000 euro en espèce saisie de la délégation tchadienne par la douane algérienne venu calmer les étudiants grévistes.
Comme la plupart des pays, toute personne physique doit effectuer une déclaration en douane si elle transfère, pour son propre compte ou celui d’une autre personne (individu ou société) une somme égale ou supérieure à10 000 € (dépend des pays) selon le Code des Douanes. Sauf transfère bancaire n’est pas concerné.

La délégation tchadienne qui est visiblement ignorante de ces genres de procédure universelle est bloquée à l’aéroport.
L’ambassadeur (le bagarreur) est convoqué par les autorités aériennes pour s’expliquer.

En cas de violation, la loi exige la saisie de l’argent au profil de la justice.

En ce temps, la manifestation des étudiants tchadiens grévistes continue de plus belle.

Certains étudiants auraient été menacés d’expulsion vers leurs pays par l’ambassadeur et d’autre voir annuler leur bourse.

Le Tchad est parmi les pays le plus pauvre de la planète malgré ses ressources considérables et ses revenue pétroliers contrôler par un clan au pouvoir machiavélique sans scrupule.
Avec 8% de réussite au BAC, l’obtention d’une bourse d’étude se fait pour la plupart par des affinités et des corruptions.
Les étudiants brillants qui s’imposent sont eux ignorer au détriment des étudiants au parents au pouvoir qui passent leur études entre boite de nuit et hôtel de luxe.

Très souvent, les fonds alloués aux étudiants tchadiens à l’étranger sont systématiquement détourner par les personnels de l’ambassade ou par la commission de bourse.

The following two tabs change content below.
Djarma Acheikh Ahmat Attidjani
Parfaitement bilingue (arabe-français), activiste politique et analyste indépendant. Citoyen du monde. Passionné d'histoire, des études islamiques et de bande dessinée. Étudiant à vie. Fervent défenseur de la liberté de pensée et d'expression. J’œuvre pour les valeurs démocratiques et la justice. Rédacteur de Jeunes Tchad.
Djarma Acheikh Ahmat Attidjani

Derniers articles parDjarma Acheikh Ahmat Attidjani (voir tous)

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *